Cher président Macron, il est temps de renoncer à vos politiques Africaines dépassés !

Depuis plus de 50 ans, les citoyens de 14 pays de l’Afrique francophones utilisent un système monétaire français obsolète. Ils en paient le prix avec leurs droits démocratiques et leurs richesses, laissant leur propre pays dans la pauvreté. Alors que la France bénéficie toujours d’une monnaie commune qu’ils ont introduite pendant les temps coloniaux. Il est temps pour nous de changer.

Photo: Macron et Président de Mali’s Ibrahim Boubacar Keita (19 mai 2017) – @StephanieT4901

Read in English

Le Président nouvellement élu de la France – Emmanuel Macron – doit être une promesse de changement, « entrer dans le 21e siècle » : un système socio-économique plus moderne en France, un nouveau rôle pour la France d’unir les pays de l’Union Européen et-comme les 163 millions d’habitants de l’Afrique francophone espéraient-une relation plus égalitaire entre la France.

Pourquoi ? Je vous en prie, continuez la lecture.

 

La France contrôle encore les économies de l’Afrique francophones après plus de 50 ans d’indépendance

Au début des années 1960, 14 anciennes colonies françaises en Afrique de l’Ouest et centrale ont accédé à l’indépendance :

Graphique: la zone CFA-franc – Banque de France

À ce jour, c’est cette monnaie que tous ces pays francophones utilisent : le franc CFA, introduit il y a plus de 70 ans. Ndongo Samba Sylla, un économiste du développement sénégalais, dit : « c’est un mécanisme de l’ère coloniale qui est toujours en place. » Lors de Review of African Political Economy, Sylla ajoute: « l’Appartenance à la zone franc est synonyme de pauvreté et de sous-emploi. »

Les règlements autour du franc CFA sont déterminés dans le texte connu sous le nom des Accords de Coopération Monétaire. Un accord entre la France et les pays francophones d’Afrique centrale et occidentale qui a été établi immédiatement après l’indépendance. Dans un entretien sur Skype, Ndongo Samba Sylla explique les quatre principes fondamentaux de l’accord de coopération monétaire et l’influence qu’elle a sur les finances, les économies et la souveraineté de l’Afrique francophones :

 

(1) Un taux de change fixe avec l’euro.

Les pays de l’Afrique francophones utilisent le franc CFA. Une monnaie qui a un taux de change fixe à l’euro (et auparavant le franc français). Par exemple, de 1972 à 1994 1 franc français a toujours été 0,02 CFA.

Les décisions de la Banque Centrale Française et de la Banque Centrale Européenne (depuis 1999 le tout début de l’introduction de l’euro) affectent l’économie de tous les pays de l’Afrique francophones. Tandis que les pays du Sud-Est asiatique connaissant un développement rapide pourraient décider de protéger ou d’ouvrir en toute autonomie leurs marchés en augmentant ou en diminuant la valeur de leur argent, ces pays africains ne peuvent pas. Ndongo Samba Sylla dit : « les banques centrales d’Afrique sont toujours tributaires de la Banque Centrale Européenne et n’ont donc pas d’autonomie monétaire. »

Sylla explique en outre : «et puisque la monnaie-CFA est forte-parce que liée à l’euro-cela signifie que l’importation est relativement bon marché, tandis que l’exportation est coûteuse. Ainsi, il est plus difficile d’exporter, ce qui n’aide pas notre industrialisation. »

 

(2) Une centralisation des réserves de change dans un compte du Trésor Français.

Le Trésor français à Paris détient 50% de chaque pays membres du CFA’ les réserves de change. (Immédiatement après l’indépendance, il s’agissait de 100% et de 1973 à 2005, il était de 65%).

De plus, chaque CFA en Banques Centrales d’Afrique doit être soutenu par 20 cents CFA dans les réserves de change étrangères (ce qui représente un ratio de 20%). Cela signifie que les pays africains ne peuvent pas accéder à leurs réserves de change en stock à Paris, lorsque le montant total à la Banque centrale est égal à 20% du nombre total d’euros à Paris, ce qui est presque toujours le cas.

Par conséquent, il met une pression sur le montant que les banques peuvent utiliser pour prêter des crédits aux entrepreneurs et aux citoyens, explique l’économiste Sylla. «Dans les pays CFA, les crédits concernent 25% du revenu annuel national (PIB), tandis que dans les pays non-CFA, c’est 60%! Sans crédit, il n’y a pas de croissance économique et pas d’emplois. »

 

(3) Une garantie française de la convertibilité illimitée de francs CFA en euros.

La France a accepté de payer la différence chaque fois que le montant des réserves de change est inférieur à 20%. Mais la France ne l’a jamais fait.

Une fois, c’est arrivé que l’Afrique zone franc est venu à une pourcentage inférieur de 20% de la ligne convenue. La Banque Centrale de la France – Banque de France – mentionne dans sa publication, le 11 janvier 1994, que le franc CFA ne valait que 50% de son ancienne valeur. La Banque de France a dévalué la monnaie (et donc automatiquement les réserves sont plus élevées). Ndongo Samba Sylla dit : « [alors] la France n’a rien garanti ! En fait, l’Afrique s’est garantie lui-même. »

Imaginez que tout d’un coup, vos épargnes et argent liquide sont coupés en deux. Sylla : «la dévaluation est nuisible pour la population. Le prix des produits importés va exploser – tout comme la dette extérieure – et le pouvoir d’achat des consommateurs sera affaibli. » Une dévaluation sérieuse peut facilement générer des soulèvements.

 

4) le principe du libre transfert de capital dans la zone franc.

Dans la zone franc « le capital peut venir et s’en aller quand il veut » dit, Ndongo samba Sylla. L’objectif officiel est de faciliter les échanges entre les pays de la zone franc. Toutefois, seulement 15% de l’ensemble des échanges se font entre la zone franc de l’Afrique de l’Ouest et moins de 10% dans la zone franc de l’Afrique centrale, selon l’économiste togolais Kako Nubukpo in Le Monde.

Correction: L’exportation de l’Afrique francophone vers la France était d’environ 60%, comme le dit Nubukpo, mai de nos jours, elle a baissé en moyenne de 5,3% seulement. Les importations en provenance de France sont en moyenne de 13,9%. Voir le nouveau graphique:

En outre, la libre circulation des capitaux «ne signifie pas de contrôle de capital, qui déstabilise l’économie, » explique Sylla. Les entreprises françaises peuvent librement transférer leurs profits vers l’Europe et la sécuriser en les convertissant en euros. Il est révélateur, Nubukpo ajoute, qu’en moyenne, 60% de l’exportation de la zone franc va en France.

Ndongo samba Sylla conclut qu’en réalité le système monétaire signifie : «la France contrôle les économies d’Afrique francophone sur le contrôle de leur masse monétaire. »

Le système monétaire Français «n’a pas d’équivalent dans le monde, » comme l’affirme fièrement la Banque de France dans sa publication. C’est vrai et il n’y a rien de secret sur cet accord et ces pratiques monétaires. C’est en plein air qu’il laisse les pays concernés sans contrôle monétaire.

Mais pourquoi ? Qui en bénéficie ?

 

Les bénéficiaires sont la France, les entreprises françaises et l’élite Africaine

Personne ne connaît les avantages exacts en euros. Un aperçu de ce que je sais et vérifié :

  • Le Trésor français détient environ 9,5 milliards d’euros de réserves de change des 14 pays africains, selon les rapports annuels de la Banque centrale d’Afrique de l’Ouest et de l’Afrique centrale. Bien que de nombreux articles disent le contraire (malheureusement sans mentionner les sources), le journal Le Monde mentionne que l’argent n’est pas utilisé pour les investissements.
  • Depuis plus de 50 ans, l’intérêt de toutes ces réserves étrangères s’est accumulé. Chimurenga Chronic a trouvé un rapport indiquant qu’en 2005 le montant total était égal à €72 milliards (ce qui serait un taux de couverture d’environ 400%, au lieu de l’obligation de 20%.)

Une question urgente subsiste : Où sont ces milliards d’euros ?

NB : il n’y a pas une telle chose comme une taxe coloniale. Il y a des mythes qui circulent sur l’internet, disant que les pays francophones sont en train de ‘rembourser’ l’infrastructure qui a été mise en place pendant les périodes coloniales. Cela, si c’est vrai, serait contraire au droit international.

 

L’ingérence politique française par la ‘diplomatie’ secrète

Dans cette histoire, je me focalise sur les faits économiques plus que politiques. Mais je dois mentionner le rôle de la politique, car elle a un impact énorme sur la marge de manœuvre des dirigeants africains et des citoyens africains. Dans un article de Al Jazeera, professeur Lansine Kaba – expert en politique en Afrique – explique que le système monétaire va de pair avec la diplomatie secrète appelée Françafrique:

«Françafrique construit des relations qui s’appuient sur des liens personnels étroits tissés entre la direction Française (le Président et ses proches collaborateurs) et les dirigeants Africains individuels qui dépendaient de l’assistance et des forces de sécurité Françaises. […] Françafrique a opéré dans le secret. […] Son objectif, consistant de 1960 à 2013, a été de promouvoir et de protéger les intérêts Français en Afrique, par tous les moyens nécessaires. »

À cette date, le Président de l’Élysée est fortement conseillé par des experts sur les relations France-Afrique. Franck Paris est le plus récent “Monsieur Afrique” et conseiller d’Emmanuel Macron.

Les histoires sur l’ingérence politique Française dans la politique Africaine sont largement répandues. De l’année 1960 à au moins 2011, pendant les élections en Côte d’Ivoire : comme en bloquent le paiement des fonctionnaires, soutenir les dirigeants de la zone Pro-franc, et orchestrer des coups et même des assassinats.

Lors de Review of African Political Economy Sylla analyses : «le développement Economique –  comme dans la création d’un système politique qui répond aux préoccupations de la majorité des citoyens – est impossible dans de telles circonstances. »

 

Avantages commerciaux pour les entreprises françaises …

Donc, nous devons conclure qu’il y a beaucoup d’enjeu. Puisque les avantages du système monétaire – CFA lui-même ne sont pas énormes, par rapport au PIB Français (0,4 ou 3,9%), la plus grande partie des prestations françaises doit revenir aux entreprises Françaises.

Le commerce français en Afrique francophone

Beaucoup parlent d’avantages commerciaux énormes pour les entreprises Françaises «ayant accès à des matières premières sur des termes moins chers et la possibilité de rapatrier des devises, » fourni par le système-CFA Ndongo samba Sylla explique. (Ce sera le sujet d’une histoire de suivi).

 

… et l’élite africaine

Un autre bénéficiaire du système est l’élite Africaine dans les 14 pays. Lors de Review of African Political Economy Sylla dit : « Elites [qui] a acquis leur richesse légalement ou autrement. » Puisque les CFA peuvent se déplacer librement dans la zone-franc, ils stockent leur argent dans des banques étrangères ou l’investissent dans des appartements à Paris. Par exemple, la moitié du PIB de la Guinée équatoriale va à l’étranger, selon Kako Nubukpo.

 

Le prix est payé par les citoyens de la zone franc

Les citoyens de 14 pays de l’Afrique francophones paient le prix de ce système monétaire. Leurs pays sont pauvres et moins développés :

Kako Nubukpo dans Le Monde ajoute: « nous avons des Records dramatiques: au cours des 70 dernières années, la zone franc a une faible productivité, un faible indice de développement humain et 11 pays sur 14 sont parmi les pays les moins avancés du monde. À l’exception de la Côte d’Ivoire – ayant un revenu régulier de cacao-commerce – tous les pays de CFA ont un solde déficitaire. » Lors de Review of African Political Economy Sylla ajoute : le système CFA entrave « ceux qui espèrent exporter des produits compétitifs, obtenir un crédit abordable [ou] trouver du travail. »

 

Le système monétaire nie les droits démocratiques et la participation des citoyens

En outre, les citoyens des 14 pays de l’Africains Francophones ne peuvent pas obligé leurs propres dirigeants (financiers) à rendre compte puisque l’Afrique francophone n’a pas de contrôle financier et de souveraineté (comme cela ressort «de la dévaluation du 1994 et du statut de la Banque d’Afrique Central, » dit Nubukpo dans Le Monde). Et puisque la Banque Centrale Européenne décide sur les citoyens Africains, mais ne fournit pas de responsabilité que ce soit à leur égard. En fin de compte, cela signifie que les citoyens se voient refuser une chance de droits démocratiques et de participation par une monnaie ancienne obsolète.

 

Les temps changent : les citoyens demandent des changements

De plus en plus les citoyens sont conscients qu’ils utilisent encore une monnaie coloniale. «il était connu et discuté entre les intellectuels. Maintenant, les gens ordinaires en parlent, mais ce n’est pas tout le monde qui pourrait être familier avec tous les détails techniques, » Ndongo Samba Sylla raconte.

Les mouvements sociaux sont à venir qui demandent des changements et des réformes. Sylla : « nous voulons la souveraineté : l’espace politique pour décider et agir au service du public.” politiques qui sont bénéfiques pour la majorité de nos citoyens. » L’un des mouvements les plus controversés est l’Urgence Panafricanisme. Le premier organisateur Kemi Seba, risque 5 ans de prison au Senegal pour avoir brûlé un billet CFA en public. Ils ont organisé deux manifestations cette année le 17 janvier et le 19 août dans 10 pays différents. Parfois des douzaines, parfois des milliers ont participé.

Changement institutionnel

Sylla explique pourquoi le changement est difficile à réaliser : «c’est compliqué. Aucun gouvernement ne changera de lui-même : en Afrique Centrale, il y a plus de dictatures-comme le Tchad et le Congo-et ces dirigeants ne changeront pas. Ils bénéficient aussi du système monétaire. L’Afrique de l’Ouest est plus démocratique, mais les dirigeants n’ont que des mandats courts et des priorités différentes, car il est bénéfique d’être en bons termes avec la France. »

Bien qu’il ne soit pas toujours facile, beaucoup croient que nous sommes sur le bord du changement, depuis :

  • Un changement de pouvoir à l’égard des pays Africains francophones, par exemple parce qu’ils ont trouvé de nouveaux alliés comme la Chine (Al Jazeera et Le Monde).
  • La France est moins puissante aujourd’hui qu’elle ne l’était il y a 50 ou 70 ans et peut-être se demande si et pourquoi elle devrait continuer ce système monétaire. Il ressort des déclarations récentes, ainsi qu’un questionnaire sur le sujet parmi les étudiants Africains en sciences politiques à Paris (Chimurenga Chronic).
  • Les intérêts Français ont changé depuis que ses principaux partenaires commerciaux Africains sont actuellement des pays non CFA : le Nigéria, l’Angola et l’Afrique du Sud. Donc, ils savent maintenant comment faire sans le CFA (Kako Nubukpo).
  • La Communauté Economique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) travaille sur une monnaie alternative pour les membres de la CEDEAO. “la nouvelle monnaie devait entrer en circulation en 2015, mais elle a été différée jusqu’à 2020” ou plus tard (Review of African Political Economy).

Ndongo Samba Sylla conclut: «la France ne peut pas maintenir ces relations. La France sait qu’elle n’est plus défendable. Et il n’est plus accepté. »

 

Les citoyens de l’UE doivent connaitre avant de pouvoir contribuer à accélérer le changement …

Tout en travaillant sur cette histoire, j’ai remarqué que mes collègues travaillant dans le domaine de la coopération au développement ne connaissent guère sur la relation entre la France et les pays de l’Afrique francophones. Sylla ajoute : «de nombreux citoyens de l’UE ne savent pas ! Mes amis en Europe dépeignent même ma vision comme n’étant plus pertinente. » Anneke Verbraeken, un journaliste hollandais et vivant la moitié du temps en France, reconnaît que de nombreux Français ne semblent pas en savoir beaucoup sur le sujet : «en France, il n’y a guère de critique quant à leur relation avec les anciennes colonies. »

Ndongo Samba Sylla appelle à l’Action : «Etre citoyens du monde, les européens doivent prendre une part dans la lutte aussi ! Si vous coupez les règles qui nous nuisent, nous faisons notre part du travail ici aussi. Ici, nous nous battrons pour plus de démocratie pour tenir nos dirigeants de rendre compte. »

En tant que citoyens Européens, nous pouvons tenir nos dirigeants à rendre compte aussi. Comment ? On peut comprendre. Mais la première étape vers le changement est de : rendre le sujet public, pour le plus grand nombre de personnes que possible d’être au courant. Sylla : « nous voulons que plus de gens soit au courant, parce que cela accélère le changement. »

 

… et expliquer à leurs dirigeants

Une fois que nous saurons, nous pouvons expliquer à nos dirigeants. Et l’explication est nécessaire, les dernières déclarations du président français y montrent :

Cher Président Macron, veuillez-nous montrez que vous ne pouvez pas non seulement entrer la France dans le 21e siècle, mais aussi la politique africaine de la France. Les citoyens de l’Afrique francophone méritent mieux. Ils ont déjà gagné l’indépendance il y a 50 ans !

 

 

Vous pouvez m’aider en recueillant des faits et en soumettant des documents justificatifs pour les histoires de suivi sur lesquelles je travaille :

  • Que peuvent faire les citoyens (et les ONG) pour générer de changements ?
  • Quels sont les avantages particuliers des entreprises françaises ?
  • Que peuvent faire les politiciens (Français, UE et Africains) pour créer le changement ?

S’il vous plaît partagez vos informations et contactez-moi via inemarie [@] svikaworks nl.

 

Un remerciement spécial à Ndongo Samba Sylla au Sénégal, pour m’avoir aidé à séparer les faits des mythes avec des explications et des liens vers des informations factuelles valables, Abdal-Sulleyman Hafiz au Ghana pour l’édition Anglaise et Boubacar SY au Mali pour les traductions françaises.

 

Lisez également: A combien s’élèvent l’argent que la France génère en Afrique francophone?

Lisez toutes les histoires dans All about Africa 

 

Comments

2 Responses to “Cher président Macron, il est temps de renoncer à vos politiques Africaines dépassés !”
  1. Inemarie schreef:

    Conseils de lire plus de mon ancien professeur au CIDIN (Centre for International Development Issues Nijmegen):
    * Françafrique : Le plus long scandale de la République (François-Xavier Verschaeve)
    * Noir silence. Qui arrêtera le Françafrique ? (François-Xavier Verschaeve)
    * Hollande l’Africain Broché (Christophe Boisbouvier)

  2. Inemarie schreef:

    Ivoirien Professeur d’Economie @M_Koulibaly:

    Comparons les pays de la zone cfa contre ceux Zone hors franc cfa en Afrique, les pays de la zone cfa font moins bien que ceux qui ont leur monnaie et la gèrent au mieux. Si le statu quo vous convient il faut savoir que, selon les statistiques de la Banque Mondiale, les pays de la zone cfa ont de moins bonnes performances logistiques que les pays hors cfa.
    Regardez: https://www.monde-economique.ch/fr/posts/view/46-pays-africains-classes-par-la-banque-mondiale-en-fonction-de-leur-performance-logistique

Leave A Comment